Conférence inaugurale ITFP 2020

Comme la conférence inaugurale de l’ITFP a été annulée en début d’année universitaire, nous avons gardé thématique « En Eglise, passer d’une parole sur la femme à l’écoute de la parole des femmes », pour notre Session Interdisciplinaire, qui aura lieu le samedi 15 mai 2015, de 16h à 19h.

Pour Session Interdisciplinaire, nous aurons trois intervenants, au tour de la Table ronde :

  • Madame Monique BAUJARD, théologienne catholique, professeure au Centres Sèvres (Paris) : « Depuis plusieurs dizaines d’années, les papes font l’éloge du « génie féminin » et soulignent l’importance du rôle de la femme dans la société et dans l’Eglise ».
  • Monsieur Pierre DEBERGE, prêtre catholique, professeur d’Exégète (Rome) : « La place de la femme dans le Nouveau Testament ».
  • Marie-Noëlle YODER, pasteure protestante, professeure de Théologie pratique, à Berne (Suisse) : « La place de la femme dans l’Eglise protestante ».
Mme Monique BAUJARD
Mme Monique BAUJARDChargée d'enseignement à l'Institut Catholique de Paris
Mariée et mère de quatre enfants, Monique Baujard est titulaire d’une maîtrise en droit et d’un master en théologie. Elle a été avocate au barreau de Paris pendant près de dix ans. Elle s’est ensuite tournée vers les études de théologie et a longtemps travaillé pour la Conférence des évêques de France. De 2009 à 2015 elle a été directrice du Service national Famille et Société de la CEF. Aujourd’hui, chargée d’enseignement à l’ICP et prépare une thèse en théologie à l’Université catholique de Louvain (Belgique).

Elle a publié en septembre 2015, L’Évangile, c’est pour aujourd’hui, aux Editions Bayard.

En Eglise, passer d’une parole sur la femme à l’écoute de la parole des femmes.

La date sera précisée ultérieurement.

Ouverte à tous, elle à lieu au Centre Pastoral Paul VI, Allée Georges Pompidou, 06560 Valbonne

Argumentaire :
Depuis plusieurs dizaines d’années, les papes font l’éloge du «génie féminin» et soulignent l’importance du rôle de la femme dans la société et dans l’Eglise. Aujourd’hui les femmes sont omniprésentes dans l’Eglise, mais invisibles. Elles y occupent des postes de responsabilités, mais leurs voix restent inaudibles. Quelles sont les raisons d’être de cette situation et quelles perspectives s’ouvrent pour donner la parole aux femmes dans l’Eglise ?